« Dans la vallée » vs. Silicon Allee

Qui de Berlin ou Paris sera la prochaine capitale européenne de la tech ?

 

Station F, (auto-) proclamée « plus grand campus au monde d’accompagnement des start-up », a été inaugurée le 29 juin à Paris. Quelques semaines auparavant pourtant, l’édition 2017 du Global Startup Ecosystem Ranking 2017 classait une fois encore Paris derrière Berlin (#11 vs. #7) (1) . Alors, qui de la Vallée ou de la Silicon Allee est la plus attractive pour les start-up tech ? Etat des lieux d’un écosystème à part dont l’objectif devrait être d’élargir les frontières pour ensemble aller gagner la prochaine bagarre qui se profile et qui est à notre portée, celle de l’intelligence artificielle.

 

Berlin, la pionnière
Les bas loyers, la surface disponible mais aussi la liberté d’esprit ont fait de la métropole berlinoise depuis le début des années 2000 un lieu privilégié des nouveaux entrepreneurs. Une quinzaine d’années plus tard, la ville compte entre 1 800 et 2 400 start-up tech en activité (2) . Même si les loyers ne cessent d’augmenter depuis 2010, Berlin attire les secteurs qui montent : la Fintech (N26, Billpay, Finleap, Friendsurance et Spotcap…), la santé digitale (Clue, Doctopia, heartbeat medical, Lara Companion, MediLad, Coronect…), la livraison de repas (Delivery Hero et ses filiales Lieferheld, Foodpanda, Pizza.de, Foodora, ainsi que la concurrence de Hello Fresh (Rocket internet) et Lieferando…), mais aussi l’intelligence artificielle, la mobilité et la cyber sécurité.

Dans la capitale allemande, les incubateurs réputés ont vu le jour bien plus tôt qu’à Paris, à l’instar de Team Europe, créé en 2008. A ceci s’ajoute qu’aucune entreprise allemande du DAX30 ne siège à Berlin, mais presque toutes travaillent main dans la main avec des start-up dans la capitale des « hipsters ». Elles y sont non seulement attirées par les nombreux accélérateurs, mais aussi par les business clubs (ex : Factory Berlin) ou les lieux de co-working (ex : BetaHaus).

Une position dominante en Europe qui tend à s’effriter cependant. Depuis 2015, Berlin a laissé la première place du classement en ce qui concerne les investissements à Londres (2,2 milliards)(3) , pour dégringoler à la 4e place (à peine 1 milliard), derrière Paris (1,3 milliard) et même Stockholm (1,2 milliard). Et le nombre d’unicorns dans la capitale Berlinoise reste peu élevé : on en compte tout juste trois : Delivery Hero, Auto1, Zalando, peu au regard d’un écosystème dit-on si foisonnant.

 

Paris, l’étoile montante

Si Paris ne bénéficie ni du « track-record » berlinois, ni de sa « coolitude », elle n’en reste pas moins un concurrent sérieux, avec environ 2 000 à 2 600 start-up tech actuellement en activité (4) et une quarantaine d’incubateurs. Les pouvoirs publics sont très investis, avec depuis novembre 2013 la création du label « French Tech » par la ministre de l’époque Fleur Pellerin. La même Fleur Pellerin qui, aujourd’hui, finance de nombreuses start-up tech via son fonds Korelya Capital. L’entrepreneur Xavier Niel a été un des premiers à surfer sur la vague tech. Grâce à sa fortune amassée dans les télécoms, il a réinvestit, notamment via son fonds Kima Ventures créé en 2010, dans 50 à 100 jeunes pousses par an. En 2013 il a fondé l’école 42, une école privée unique en son genre, sans profs et sans horaires, qui offre à quelque 800 étudiants chaque année la possibilité d’apprendre le code. Mais il est surtout le père fondateur de cette fameuse Station F présentée comme le plus grand campus de start-up du monde et qui fait rêver tous les entrepreneurs en herbe et les hommes politiques. 34 000 m², 3 000 postes de travail pour les start-up, 26 programmes d’accompagnement prodigués par des entreprises et des universités prestigieuses (Facebook, Zendesk, HEC…), un projet ambitieux qui permet à Paris de devancer désormais Berlin en ce qui concerne le niveau de maturité (5) de l’écosystème start-up (#8 vs. #10)  (6).

Capital-risque disponible, vivier d’entrepreneurs qualifiés, initiatives de la Mairie de Paris, infrastructures pointues et de qualité (accélérateur The Family, Numa, France Digitale…),… tout est réuni pour faire de Paris un « hub tech » de premier plan. Seule ombre au tableau : le nombre encore trop réduit d’ « unicorns » (7) pour espérer la comparaison avec le vivier californien. A part quelques pépites telles que Blablacar, Vente Privée ou Criteo, peu d’entreprises ont véritablement décollé et fait parler d’elles au plan international au cours des dernières années (8). Jusqu’à ces dernières semaines, la capitale avait en plus du mal à attirer les talents (#16) comparée à Berlin (#5) qui jouit, elle, d’une image plus séduisante pour la jeune génération (9) et où le coût de la vie reste abordable.

 

Pour une initiative commune à l’échelle européenne

Alors plutôt que de se voir en rival, Paris et Berlin comme les autres viviers que sont Munich, Lyon ou Cologne, ont tout intérêt à s’allier pour donner naissance aux entreprises puissantes de demain. C’est indispensable pour rivaliser avec la Silicon Valley et son vivier de 20 000 start-up dont une soixantaine d’unicorns (10) , 160 fonds de Venture Capital et des incubateurs « stars », dont les réputés 500 startup, The Refiners et Y Combinator. Coopérer, motiver, soutenir, favoriser l’entrepreneuriat et donner le droit à l’erreur. L’engouement est là. Les premières mesures communes se mettent en place. Il faut continuer, mais également avoir le courage de faire les réformes qui offriront aux entrepreneurs un cadre aussi favorable qu’aux Etats Unis.

Un premier pas a été fait dans cette direction avec l’annonce de la création en décembre dernier d’un fonds franco-allemand d’un milliard pour soutenir les jeunes entreprises du numérique dans les deux pays. Et le 13 juillet, nos deux pays ont lancé un accord franco-allemand pour définir un agenda numérique complet qui permettra de financer les start-up, de créer un label franco-allemand sur le Cloud et de renforcer la cybersécurité. Des initiatives nécessaires, mais sans doute insuffisantes. Il est vain ceci dit de vouloir rattraper les GAFA. Mais il faut aller plus loin, ensemble et plus vite pour gagner la prochaine bagarre qui se profile et qui est à notre portée, celle de l’intelligence artificielle. La France et l’Allemagne ont en les atouts. A condition de partir maintenant et ensemble.

 

(1) https://startupgenome.com/report2017/

(2)  Chiffres Genome - 2017

(3) https://www.gruenderszene.de/allgemein/startup-barometer-investitionen

(4)  Chiffres Genome - 2017

(5) Décrit dans l’étude Génome comme : « la connaissance des bonnes pratiques pour le bon développement des start-up,  mais également l’ensemble des opportunités pour les start-uppeurs de partager leur expérience et de former un réseau ». 

(6)   Chiffres Genome - 2017

(7) Unicorn (= licorne) : une start-up dont la valorisation est estimée à plus d’1 milliard de dollars.

(8) CBinsights.com (https://www.cbinsights.com/research-unicorn-companies)

(9) Chiffres Genome - 2017

(10) http://fortune.com/unicorns/

 

 

Laetitia Poulallion - 25 juillet 2017